De quel département êtes-vous ?

Vos informations générales

Quel est votre objectif ?

Quel est le nombre d'utilisateurs
pour votre projet ?

A quelle étape vous trouvez-vous actuellement ?

Quel est le délais de mise en place que vous souhaitez ?

Précédent

Déclenchez le signal !
Nous sommes les héros de Tableau Software, Microsoft Power BI et Alteryx ? Découvrez quelques unes de nos réalisations Let's rock ! Led Zeppelin et le basketball français en statistiques.

Maîtrisez votre temps !
Nous travaillons avec les outils Snowflake, Gathering Tools et Alteryx. Découvrez le retour de nos clientsOney Data et Keolis

Votre futur vous attend !

Découvrez notre Data Driven Journey et la solution Alteryx.

Rassemblons vos forces !

Découvrez notre Data Driven Journey et notre communauté. Renseignez-vous sur nos formation au Data-Universe.

Drive your insights!

Découvrez notre Communauté et nos réalisations Let's rock ! Led Zeppelin et la gestion d'une équipe de basketball en statistiques.

Évoluez à l'infini et au-delà !

Découvrez notre méthode exclusive : Data Driven Journey. Accédez à notre panel de formations.

22 Sep 2020.

Big Data 2020 - Un nouvel espoir

Big Data 2020 - Un nouvel espoir

Big Data Paris est l’évènement qui, chaque année, rassemble les plus grands acteurs de la data en France. L’édition 2020, qui initialement devait se tenir en mars puis en avril, s’est adaptée à la crise sanitaire en septembre afin de permettre à plus de « 20000 participants et 300 exposants » de participer au rendez-vous annuel de la data. Quid de la situation exceptionnelle, le virtuel par la vidéoconférence est devenu un standard d’un salon jusque-là exclusivement présentiel.

Présent durant le salon aux différentes conférences, nous vous proposons une série d’articles critiques dédiés aux annonces et nouveautés faites durant ce salon. Cette semaine nous commençons avec la grande introduction à l’événement qui a intégrée de nombreux intervenants politiques, techniques et privés. Restez connecté à nos réseaux pour découvrir les prochaines parties.

Partie 1 – Un nouvel espoir

Introduction Salon Big Data

Partie 2 – Data marketing show

ManoMano / Sarenza / Carrefour

Partie 3 – In data we trust

Banque de France / Monoprix / Orange

Tout a commencé avec le discours d’ouverture du Secrétaire d’Etat chargé du Numérique Cédric O, qui a donné le ton sur ce qui nous attendait tout au long de ce congrès, entre plan de relance, confinement, télétravail, transition écologique, sécurité et 5G. Le tout animé par de nombreux interlocuteurs connus du domaine de la data, promettant d’apporter une approche très factuelle aux nouveaux besoins récemment générés par la situation du COVID19. Mais est-ce vraiment le cas ou nous retrouverons-nous dans un débat sans fin ? Nous allons vous résumer l’introduction principale du lundi 14 septembre.

Avec un peu plus de 7 milliards d’euros alloués au numérique dans le plan de relance annoncé par Jean Castex, il est le second secteur avec le budget le plus important après l’environnement. Le plan de relance a pour vocation de « préparer l’avenir, préparer la France de 2030 »[1] . On nous le présente sous trois grandes parties

  • Accélération très forte de l’aide à l’innovation et accompagnement de l’écosystème grâce à l’action de la BPI – passage de 250 millions à 400 millions d’euros sur les aides BPI
  • Développement de stratégies qui permettent de structurer le secteur – Cantique et Cybersécurité dans un premier temps
  • Transition numérique de l’Etat et des collectivités territoriales – modernisation des outils et utilisation plus intensive des technologies IA suivi d’un accompagnement des PME

La crise du Covid-19, plus précisément le confinement, a représenté pour certaines startups françaises – selon le secteur – une réelle opportunité d’augmenter leur chiffre d’affaires annonce Cédric O. D’un point de vue général, « le monde du numérique a bénéficié de la période »1 , le Secrétaire d’Etat chargé du Numérique rappelle notamment l’émergence des grandes entreprises après la crise de 2008 et souligne ainsi l’importance actuelle du plan de relance.

Il est bien entendu trop tôt pour tenir des conclusions hâtives, mais l’augmentation du budget alloué à la BPI est un signe prometteur envoyé aux investisseurs cependant demandés depuis des années face à des entreprises Françaises quittant le territoire suite à la frilosité des investissements technologiques dans le pays. Reprenons l’exemple encore récent de l’entreprise à succès Snowflake fondé par deux français et pourtant basée aux Etats-Unis.

Après ce point économique, il souligne l’importance entre la transition numérique et écologique. L’exemple du télétravail et la réduction des déplacements ont augmenté la consommation digitale. « Le numérique pollue certes mais fondamentalement il n’y aura pas de transition écologique sans évolution technologique »1. L’accès au numérique est devenu un droit, le confinement a cependant révélé de nombreux dysfonctionnements et inégalités sur cet accès ; l’éducation en premier plan et le système public plus généralement.

En lien avec cet élément technique le dernier point abordé concernait la question de la 5G à laquelle le Secrétaire d’Etat a répondu que la demande aujourd’hui est bel et bien centrée sur l’accès à la connexion. Point important de la stratégie de l’Etat et qui est rappelé chaque année lors du salon des Maires.

Site dédié à la présentation de l’aménagement numérique en France

Après cette introduction politique il fût temps d’aborder une des questions primordiales de la matinée : la cybersécurité et la protection des données. Chritopher Wylie revient sur l’affaire Cambridge Analytica[2] , l’impact des réseaux sociaux sur les plus jeunes, notamment avec TikTok, et comme moyen politique. Si vous ne voyez pas qui est Christopher Wylie ou Cambridge Analytca, nous vous invitons fortement à regarder le documentaire « The Great Hack » sur Netflix retraçant l’usage par la société des réseaux sociaux pour transformer l’opinion public lors de l’élection présidentielle aux USA en 2016. Et ne parlons pas de l’affaire TikTok vs. Trump récemment mise en avant dans la presse.

Reportage « The Great Hack »

TikTok vs. Trump / Chine vs. Etats-Unis

Cette même notion est évoquée par la suite par Patrice Bigeard qui définit la cybersécurité selon l’ANSSI telle qu’elle « recouvre les menaces d’espionnage, de vol de données par opposition à la cybercriminalité qui va recouvrir le champ […] des arnaques en ligne »[3] . Il revient notamment sur les notions d’attaquant et de défenseur mais surtout sur la question de « comment l’IA et les métadonnées peuvent modifier cet équilibre ? ».

La question de la gouvernance des données complète les interventions précédentes. En effet, durant cette table ronde les intervenants évoquent les notions d’acculturation, de chef d’orchestre et surtout de gouvernance d’entreprise.

Le Chief Data Officer permet de trouver un moyen de « maximiser la valeur de la donnée tout en respectant l’ensemble des réglementations accompagnant cette stratégie de création de la donnée »[4] (mise en qualité, anonymisation ou encore destruction de la donnée).

Souvent comparé au chef d’orchestre lors de ce débat, il permet de coordonner et d’assurer l’accessibilité à la donnée mais aussi d’assurer la création de toutes les étapes qui in fine permettront de répondre au besoin client.

L’accessibilité à la donnée se fait aussi à l’aide de plateformes intelligentes qui permettent un gain d’exploitation important. Johan PICARD, explique dans son intervention, certains principes clés d’amélioration d’une plateforme. Le premier constat des initiatives Big Data concerne la gestion et le maintien complexes, dans le temps des plateformes ainsi que le retour sur investissement de moins en moins visible par les entreprises. En effet, la migration vers le cloud a permis aux entreprises

  • De moderniser la plateforme en optimisant les couts d’infrastructure en la rendant plus agile et plus adaptif
  • D’ouvrir la voie à de nouveaux cas d’usage, ou d’accélérer en tout cas le déploiement pour apporter plus de valeur plus rapidement aux métiers

Le cloud a donc permis de lisser les problématiques liées aux coûts et à la valeur mais dans un autre sens ne laisse pas assez de temps sur la partie programmation, développement de nouveaux pipelines et gestion de la sécurité.

Pour répondre à cette question, Google intervient en prônant une suite de produits de stockage et d’analyse de traitement de la donnée pour entreprise

  • Capacité de capitaliser sur le Server Less – 2e grande vague de modernisation des plateformes Data – modèle où toutes les taches opérationnelles sont automatisées. Il permet aux entreprises de se concentrer sur le fonctionnel et la valeur à apporter aux organisations.
  • Tactical thinking vs Strategic thinking – Doing things right vs Doing the right thing
    • S’approprier la technologie au lieu de la subir
    • Structure GCP qui permet de gérer des Data Lakes, Data WareHouses…

Il compare finalement l’approche Traditionnel de la BI et LOOKER[5] . En effet, le problème évoqué dans l’approche traditionnel est qu’à l’arrivée d’une nouvelle problématique métier, à laquelle les données actuelles ne permettent pas de répondre, toutes les étapes doivent être réitérées contrairement à LOOKER où justement les calculs / les requêtes sont déléguées à la base de données sous-jacente.

Approche Traditionnel de la BI
  1. Heavyweight – transformation
  2. Slow – Data Loading
  3. Inflexible – Extracts and cubes
  4. Limited – Questions, Agility, Distribution
LOOKER
  1. Simple – Extract+ Lighweight Transform, Load
  2. Performant – Trasnform on query
  3. Agile – LookML Model
  4. Flexible – Unrestricted Questions

Tous ces éléments mis bout à bout permettent de se rendre compte qu’aujourd’hui les entreprises recherchent une digitalisation, transition numérique efficace qui allie à la fois sécurité de la donnée et confiance de l’outil.

[1] Cedric O – discours d’ouverture du salon du BIG DATA PARIS 2020

[2] Collecte illégale des informations des utilisateurs Facebook due à l’utilisation de l’application ThisIsYourDigitalLife

[3] Patrice BIGEARD – Cybersécurité & Big Data, ANSSI

[4] Christina POIRSON – Group Chief Data Officer, Société Générale

[5] Logiciel de BI appartenant à Google Cloud Platform

A propos de l’auteur

Manel Abdi / Consultante Actinvision